Vous buvez du Kombucha ? Rendons hommage à une vache!

Kombucha Histoire

http://je-mange-vivant.com/boutique
Vous me suivez depuis déjà quelques années à travers mes articles sur l'alimentation, la crusine et la santé au naturel.
A votre demande nous avons décidé de distribuer certains produits difficiles à trouver, avec des tarifs étudiés au plus bas et d'une qualité testée par moi-même.
Les produits dont nous parlons dans cet article sont disponibles à la vente sur la boutique en ligne de JeMangeVivant : Souches de Kombucha, Grains de Kéfir, Cures Hulda Clark, Charbon actif et + de cinquante produits autour de l'alimentation vivante.

Vous l’aurez remarqué les ressources sur le Kombucha en langue francophone sont rares, notamment en ce qui concerne les anecdotes et l’histoire de la diffusion de ce fameux champignon.  

Je suis tombé hier sur un article que j’ai eu plaisir à lire. Je l’ai traduit de mon mieux pour vous le faire partager. Le titre de l’article prend tout son sens à la fin!

L’utilisation du thé de Kombucha, bien qu’elle puise ses origines en l’Extrême Orient a été introduite depuis déjà très longtemps en Russie. C’est uniquement pendant la première guerre mondiale que le Kombucha à commencé doucement à se diffuser plus à l’ouest.

Les soldats Russes et Allemands semblent avoir joués un rôle important quant à la propagation du champignon Kombucha.

En 1927,  le Dr Harms écrira que dans certaines régions de l’Allemagne, comme la Westphalie, le Kombucha est déjà répandu. Et c’est précisément pendant l’entre deux guerre que le Kombucha s’est trouvé petit à petit distribué partout en Allemagne. Le Kombucha était, à ce moment là, vendu en pharmacie sous plusieurs dénomination comme :  « Mo-Gu » ou « FungoJapon ».

L’histoire du Kombucha à travers une note…

Dans son carnet, Waldeck I. nous raconte que pendant la première guerre mondiale, il a rencontré un pharmacien polonais qui avait pour habitude de préparer une boisson à base d’un produit mystérieux  qu’il appelait « champignon miracle », « champignon volga », « thé de champignon kvas ».

Extrait tiré du carnet de Waldeck I. :

Acheter une souche de KombuchaNous sommes pendant la première guerre mondiale en 1915.

J’étais prostré dans une pharmacie Polonaise contrôlée par la Russie. Depuis quelques temps je souffrais d’une constipation sévère que j’attribuais aux rations alimentaires.

J’ai donc demandé au pharmacien qui tenait l’office si il pouvait me préparer un laxatif à base d’huile Rhizinus. Malheureusement, les autorités militaires avaient absolument tout réquisitionné.

Etant donné mon état, j’insistais pour savoir si il avait un autre remède à me conseiller!

Il me regarda longuement, dubitatif, comme si il doutait de  ma sincérité : sur le moment je ne comprenais pas bien le pourquoi de sa réaction. Le bonhomme était d’ailleurs plutôt antipathique.

Après ce moment de réflexion étrange, il me demanda alors si j’étais en capacité de lui fournir : du thé, du sucre et du cognac ou du rhum.

Selon ses dires il allait pouvoir préparer une sorte de potion…

Je me suis donc débrouillé pour lui procurer rapidement tous ces éléments.

Le pharmacien s’est alors lancé dans l’élaboration de ce fameux breuvage : une dose de cognac, du thé infusé et du sucre, puis en dernier lieu il ajouta une sorte de liquide brun à l’allure quelque peu troublante. Quand il a vu à quel point j’étais dubitatif il s’est servi un verre, en guide d’exemple, puis avala avec délectation son contenu.

Je lui ai demandé plus de détails sur ce liquide ajouté en fin de préparation. Il m’a répondu « champignon miracle! » Quand je lui ai demandé quel genre de champignon, il répondit avec un plaisir non dissimulé  : « C’est un secret! Buvez 1 demi tasse de ce breuvage matin et soir! ». Vraisemblablement il souhait garder son petit secret…

Je retournais dans ma chambre avec cette potion qui ne m’inspirait pas confiance.

Pourtant, le breuvage avait une odeur qui se rapprochait du vin franchement pas désagréable. Il est clair que je l’aurai bu avec plus d’envie  si le pharmacien n’avait pas ajouté ce liquide trouble et douteux.

Résigné et même si j’ai hésité je me suis finalement versé une demi-tasse et j’ai bu…

Dès le lendemain, l’effet ne s’est pas fait attendre et ce sans ressentir la moindre gène à l’estomac! Ce qui est typique quand on utilise des laxatifs traditionnels.
Les jours suivants j’ai même pu en faire profiter à 2 de mes camarades qui souffraient, eux aussi, de constipation.

Quelques jours passèrent…

La veille du jour où nous devions, avec l’armée, nous déplacer vers l’est, le pharmacien débarquait dans ma chambre complètement affolé, sollicitant mon aide.

Des soldats autrichiens étaient en train de saccager sa maison et allaient vraisemblablement réquisitionner sa dernière vache.  Grâce à mon intervention et parce qu’ils n’avaient aucun document légal les autorisant à confisquer quoique ce soit, j’ai réussi à faire en sorte qu’ils abandonnent, la vache était sauvée.

Le pharmacien, d’habitude si désagréable,  commençait à me montrer quelques signes de reconnaissances et d’empathie…

J’ai saisi cette occasion rêvée pour que le pharmacien me révèle enfin le vrai nom et la composition de ce fameux breuvage.

Il m’a révélé que c’était un remède maison russe, nommé Volga ou champignon de thé kvas.
[...]

Il m’expliquait qu’il suffisait de placer un champignon spécial dans du thé sucré et que c’est par le principe de la fermentation que le breuvage acquiert ses vertus.

Lui même avait été lui même victime de constipation il a toujours pris soin garder un champignon à porté de main. Mais il ne s’arrêta pas là, selon lui ce breuvage permettrai aussi d’assurer une vie en meilleure santé.

Le Lendemain matin…

Par reconnaissance pour mon intervention auprès des autrichiens, le pharmacien m’a offert un de ces fameux champignon. Il s’agissait du champignon miracle avec lequel je pourrai fabriquer ce breuvage à volonté.

Résumons :

Si aujourd’hui nous pouvons boire du Kombucha c’est grâce à :

  • Un soldat qui souffrait de constipation
  • Un pharmacien crochu qui s’est senti redevable du sauvetage de sa vache.

Cette anecdote presque insignifiante a permis au champignon de passer la frontière Pologne-Allemagne.

Ce qu’on peut en tirer : Il s’en faut parfois de très peu pour qu’un produit, bénéfique de surcroît, reste confiné à un cercle d’itinié.

Comme le mentionne Günther W. Frank sur son site, il n’est nullement nécessaire d’ajouter du cognac ou du rhum à sa préparation.
Pour voir l’original de cet article en langue anglaise : http://www.kombu.de/cow.htm

Je veux du KOMBUCHA

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 2.8/5 (5 votes cast)
Vous buvez du Kombucha ? Rendons hommage à une vache!, 2.8 out of 5 based on 5 ratings
http://je-mange-vivant.com/boutique
Vous me suivez depuis déjà quelques années à travers mes articles sur l'alimentation, la crusine et la santé au naturel.
A votre demande nous avons décidé de distribuer certains produits difficiles à trouver, avec des tarifs étudiés au plus bas et d'une qualité testée par moi-même.
Les produits dont nous parlons dans cet article sont disponibles à la vente sur la boutique en ligne de JeMangeVivant : Souches de Kombucha, Grains de Kéfir, Cures Hulda Clark, Charbon actif et + de cinquante produits autour de l'alimentation vivante.

A propos de l'auteur :

Passionné par l'alimentation vivante et par la philosophie de vie qui en découle, je me suis lancé le défi de vous apporter une information digne d'intérêt par semaine. Les thématiques abordées : Recettes, Cures DetoX, Produits et matériels, Bonnes adresses.... Suivez moi sur Twitter / Facebook.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>